L'avion de Roland Garros

Tué au combat, tué par la guerre à quelques heures de ses trente ans le 5 octobre 1918, Roland Garros, l'homme qui avait pour la première fois en avion traversé la Méditerranée de Fréjus à Bizerte, mourrait au commandes de son Spad.

Un bien sombre destin pour un homme de talent disparu dans un trou noir de l'histoire.

De 1912 à 1914 le Morane-Saulnier à moteur rotatif c'était son avion, version terrestre pour la traversée de la Méditerranée, version hydravion pour le Rallye de Monaco et la Coupe Schneider.

La coupe Schneider

Le Morane de Garros à Monaco pour la première édition de la Coupe Schneider le 16 avril 1913

Démarrage du moteur

Le départ de Brindjonc des Moulinais pour le "Tour des Capitales" 10 juin 1913

Le 23 septembre 1913, Garros a l'audace de parcourir d'un seul coup d'aile les 760 Km qui séparent Fréjus de Bizerte à bord d'un Morane version terrestre.

A l'arrivée il ne restait que 5 litres d'essence dans le réservoir et le moteur tournait encore malgré la perte de quelques pièces....

Fragment de la peinture de Paul Lengellé (1988)

Avril 1914, le Morane N°5 de Garros au Rallye de Monaco

Un parcours à travers la France à effectuer en avion et en hydravion...

C'était encore la belle époque pour quelques mois...

Coupe Schneider deuxième édition, 20 avril 1914

Deux Morane N°14 (?) celui de Brindejonc des Moulinais N°14 sur la dérive...

et celui de Garros N°14 sur le fuselage...

Course aux pylones : Audemars, Brindjonc des Moulinais suivi par Guilloux. On voit nettement le gauchissement des ailes.

Garros en... pylone !

Roland Garros et son amie Marcelle George

Le moteur rotatif "Gnome"

****

C'était le temps du "rototo", ce merveilleux moteur rotatif (Qui tournait je vous le rappelle avec l'hélice) inventé en 1908 par les frères Seguin et qui malgré tous ses défauts fit sans doute les plus beaux jours de l'aviation naissante. Un fois, une seule fois, j'ai eu la chance de voir voler un Morane "rotatif", c'était dans les champs à l'occasion de la commémoration du monument en l'honneur de Jean-Baptiste Salis situé à Egliseneuve près Billom dans le Puy de Dôme.

En haut d'un pré légèrement en pente, le Morane était là, pilote sanglé, appareil maintenu. Quand un mécancien tourna l'hélice, le moteur démarra très lentement puis accéléra avec une grande douceur. A la distance ou je me trouvait le bruit était très faible. Après un certain temps les aides lâchèrent l'avion qui décolla avec facilité, fit un tour de terrain bien trop court à mon goût et c'est durant ces instants uniques que je sentis cette extraordinaire odeur d'huile de ricin sans doute pour la dernière fois.

Le Morane parfumait l'atmosphère de beauté de bruit et d'odeur.

Inoubliable.

A gauche, notice d'époque postérieure à 1915 (Gnome & Rhone). Principe de la "bielle maitresse". Deux rotatifs montés sur le Coanda de 1911... étrange montage qui n'eut pas de suite. Henri Fabre et le Gnome Oméga sur son hydravion de 1910. L'hélice est énorme 2,60m pour 1200 tours. Après le dessin, on voit le moteur sur un Blériot, puis sur le Morane d'Audemars. Ensuite un dessin de Nieuport et une curieuse machine entièrement métallique (même le revêtement est en aluminium) conçue en 1909 (!) par Charles Ponche et Maurice Primard, le "Tubavion"....

Les photographies sont issues de l'Illustration, du Musée de l'air et de la revue Icare (N° 125 et 189)

Ne pas manquer dans le site de Gérard Hartmann : http://www.hydroretro.net/

http://www.hydroretro.net/etudegh/moranesaulnierhydro.pdf

Le modèle

***

Construit en moins de trois mois à partir de juin 85, en utilisant la documentation obligeamment fournie par René Fouquereau, (voir l'article MRA dans "la tanière") le Morane vola pour la première fois sur le plan d'eau de Garabit près de Saint Flour.

Sur les conseils du directeur du MRA, Pierre Rousselot, que je rencontrais alors pour la première fois, le centrage initial un peu arrière, fut avancé vers 33% en fixant à l'aide de ruban adhésif des masses pesantes (dont j'ai oublié la nature) à l'avant des flotteurs.

  Sur cette photo on voit des "trucs" sur l'entretoise avant des flotteurs.

Le conseil était judicieux, l'avion vola mais j'ai encore dans la tête l'image d'une position de vol accompagnée d'une sensation assez terrifiante en raison d'une étrangeté que je ne connaissais évidement pas, celle du pilotage par gauchissement. Avec le couplage permanent (interdit par le règlement...), "peu de gauchissement, beaucoup de direction", j'ai écris quelque part la phrase suivante qui résume bien la situation : "l'avion avait tendance au dérapage, c'est sans doute ce qui le rendait si intéressant et donnait au télé-pilote cette sensation étrange que je n'ai jamais oubliée, ni retrouvée sur un autre modèle, celle de "voler dans du coton", mélange de douceur et de légère instabilité sur tous les axes..."

Vous l'avez compris, j'ai bien aimé ce genre de pilotage (surtout avec un centrage final à 28%....) et puis "voler dans du coton", c'est comme voler dans un rêve, le danger n'existe plus...

Esprit de sel et malédiction de Poseidon

*****

Après les premiers vols de 1985, le Morane participa à la Coupe Schneider de 1986 en Italie (Varèse, 6-7 septembre, voir l'article de Dominique Ramentol), puis à celle de Thonon (Excenevex) organisée par Jean-Claude Requet en 1987 (1-2-3 mai, voir l'article de Pierre Rousselot), puis à la 9ème Coupe Schneider à Varèse les 5 et 6 septembre 1987 toujours avec le Savoia mais aussi avec le Piaggio. Sa carrière se termina pratiquement en 1988 avec un crash pas trop méchant mais inexpliqué et cela à quelques heures de la fin définitive du Savoia également inexpliquée. Presque vingt ans après (2005), j'ai une hypothèse pour expliquer ce double meurtre : Le sel ..... je m'explique :

Les 16 et 17 avril 88, les deux appareils participaient à Monaco au "Premier Concours International d'hydravion" organisé par les modélistes de la Principauté.

Le jury, Jean de Besombes avec la casquette

A gauche mes modèles. On voit une anse de la rade située à quelques centaines de mètre des "Lieux Historiques" de la Schneider. Au centre Paul Fradin et Jean-Louis Molat.

Paul devait disparaitre quelques années plus tard tué par un camion avec la moitié de sa famille.

Je hais les camions, je les exècre, je les maudis.

Repas de Gala à droite.

Ces deux jours, la houle était modérée, le temps parfait et les crevettes du repas de gala aussi.... mais deux reflexions s'imposent. Le 16 avril 1988, c'était très exactement jour pour jour, 75 ans après la première édition de la Coupe Schneider de 1913 et dans les mêmes lieux... coïncidence ou volonté délibérée, je ne sais pas, mais c'est curieux. Deuxième remarque plus facile à expliquer... la mer est salée.... et mes deux appareils qui avaient volé en atmosphère marine on eut des problèmes quelques mois plus tard...

On peut voir ici une vidéo de la rencontre

Schneider Monaco 1988

http://www.youtube.com/watch?v=JTYQFE2I9_U

On trouve d'autres vidéos sur la page Piaggio

Après 75 ans, le retour des bruyantes machines aurait-il courroucé à ce point les Dieux de la mer ? L'inoculation délibérée d'esprits de sel nocifs au sein des fragiles circuits de mes servos moteurs dans le cadre d'une vengeance Divine n'est pas à exclure....

La coupe d'Auvergne Hydravions

*****

Une rencontre amicale organisée en 86 par les modélistes de Thiers sur le plan d'eau de Saint Rémy sur Durolle. C'est à cette occasion que j'acquis de haute lutte et définitivement le Trophé "Techni-Loisirs". Ces photos rendent compte de l'évènement... après avoir démonté l'avion.... pressé de partir ou retard du photographe? C'était quand même très fort d'avoir su triompher d'une maquette exacte de fer à repasser....

Un très beau souvenir en tout cas, merci Christian d'avoir pensé à mettre ce Trophé en jeu.

Schneider 86

****

Mon premier concours "Sérieux et International" avec le Savoia et le Morane qui firent des vols convenables au point de finir en troisième position avec ce dernier, quel talent...!

Chance du débutant ? Effet de surprise ?

En tous cas un bon souvenir là encore. Voici le film des évènements.

Pour les Schneider 87 et 88, c'était le temps du Piaggio

Thonon 87

***

Mon premier concours "Sérieux, International" et... Gagné par ce Morane .... Un Evènement dans la Vie d'un Modéliste...

Toutes ces coupes pour ce Morane, il aura fait une belle carrière finalement...

Il est toujours près de moi au fond de l'atelier, je ne vous le montre pas, il est blessé et profite d'une retraite bien méritée...

Dernière mise à jour : 20/03/2008

Affichage du Sommaire

Affichage de l'Accueil si vous êtes perdu