Un des premiers ULM, le moto-delta à aile Rogallo

*****

Le moto-delta grandeur a été réalisé en 1974 par Jean-Marc Geiser après essai sur modèle réduit. L'appareil était piloté en pendulaire sur les axes de tangage et de roulis plus une dérive au palonnier.

*****

Le modèle : Deux kilos pour 3,5 cm3

Le modèle réduit vire très bien à la direction par roulis induit, seule la profondeur est pendulaire, à la limite, on pourrait même se passer de cette commande, les montées et descentes se font aux gaz.

Le fuselage

###

Le fuselage est en Roofmat avec ossature bois, recouvert de tissu de verre plus époxy. Cette méthode permet de réaliser des formes compliquées sans difficultés particulières à condition de suivre les quelques conseils suivants :

- Utiliser impérativement du Roofmat bleu (ou vert ou jaune) relativement dense mais qui se ponce très bien.

- Prévoir deux demi-coquilles symétriques qui seront ébauchées puis creusées pour inclure l'ossature de contre-plaqué (aviation) d'une seule pièce qui sert de renfort pour le nez, de support de train, de support moteur, de mât d'ancrage de l'aile.

- Placer dans les coquilles, avant de coller quoi que ce soit, tous les éléments de la radio : supports de servos, logement du récepteur, des accus, de l'interrupteur, gaines de passage de commandes et d'antenne.

Le moteur, ici un O.S 21 voiture, a conservé sa culasse, le carbu est muni d'un filtre.

On remarque le sauve-servo, sur la commande de profondeur, qui protège le servo. En cas de choc, la masse de la voilure ne détruit pas les pignons.

- Quand tout est en place, coller à l'époxy, puis terminer la forme (couteau, scie, râpe) et poncer, la forme doit être parfaite car elle est définitive.

- Recouvrir d'une couche de tissu de verre (160 g/m2) tissé assez gros pour bien suivre les formes, imbiber d'époxy.

- Poncer pour supprimer les grosses irrégularités aux raccords, puis boucher les pores du tissu au sintofer, après ponçage à l'eau, l'aspect sera parfait.

- Peinture selon les goûts, par exemple : bombe Altona ou Pactra.

- La dérive est plus facilement réalisée en structure classique et entoilage coverite.

- Ne pas oublier les supports de train horizontaux collés sur l'axe vertical et inclus dans le Roofmat, prévoir des écrous noyés, utiliser des vis de fixation en nylon (4 ou 5 mm) surtout pour la jambe avant, ainsi on n'arrache pas la structure en cas de choc. La voie du train est de 40 cm.

- Sur piste en dur, prévoir une lame métallique de protection sur la pointe avant.

- Le moteur est un OS 21 voiture avec sa culasse haute, il vaudrait mieux le prévoir sur le côté gauche pour que l'échappement soit vers le bas.

- Le réservoir est à la hauteur du moteur, de l'autre côté du support, il est en fer-blanc (boîte à gâteaux) soudé à l'étain, avec un plongeur fixe (pas de vol dos !) fixation souple de préférence.

- Le servo des gaz peut être un micro-servo devant le moteur, le servo de profondeur doit être protégé par un sauve-servo (voiture).

- Le pilote est en polystyrène, les vêtements collés à la cyanolite avec une tête du commerce et une ceinture de sécurité fixée par des boutons pression de part et d'autre du cockpit.

Le réservoir est fait spécialement et sa forme est arrondie pour ne pas trop perturber le flux d'air devant l'hélice.

L'aile

###

L'ossature de l'aile est en tube dural aviation de 8 mm, éviter de percer les tubes pour la fixation surtout au centre, il vaut mieux confectionner, pour le centre, une pièce en métal léger avec des trous superposés perpendiculaires et sur le côté des brides en tôle bien serrées, c'est plus solide et on peut modifier le centrage et la symétrie de l'aile. L'aile ainsi réalisée se passe de haubanage, c'est bien pratique, en contrepartie, le tube transversal ne se replie pas, c'est dommage mais on s'habitue, surtout qu'il est assez court.

La voilure est un tissu de K-Way ou en tissu pour voile, tissu léger disponible chez les fournisseurs d'accastillage pour voiliers, imperméable (à l'air surtout !) ; choisir une couleur peu salissante. La couture est assez difficile mais en faisant une grosse bise à votre femme avant et après, vous ne devriez pas avoir de problèmes, il faut coudre à la machine de préférence en zigzag.

Pour avoir une meilleure rigidité, la toile est lattée sur toute sa longueur par des baguettes collées à la contact ; prévoir une fixation supplémentaire par couture aux extrémités, ainsi les baguettes ne peuvent pas se décoller.

Le plan

Réglages

###

Les débattements sont de ± 60 mm en profondeur mesurés sur la pointe avant, et en direction sur l'extrémité de la dérive. Pour le centrage il suffit de vérifier que le fuselage est légèrement piqueur en tenant la tête du mât.

Le vol

###

On doit démarrer à deux, l'un tient la machine par devant, inclinée sur le côté (réservoir en bas), l'autre actionne 1e démarreur. Sans roulette orientable, l'appareil se dirige bien par vent faible, autrement, vent de travers, c'est difficile, vu la surface alaire. Sur piste en dur, on peut accélérer en piquant, la voile reste dégonflée, et en tirant, on se retrouve en l'air instantanément avec une forte pente, on peut alors piquer et réduire les gaz.

Le pilotage est particulier, la profondeur peu efficace est surtout là pour rassurer. Elle est utile, très près du sol, pour remonter plus rapidement en attendant le coup de gaz. La vitesse de vol reste faible et la stabilité parfaite, les touch and go sont un régal, les passages à 50 cm de l'antenne aussi et puis en vol, il est très beau (un de plus!).

Bien sûr, pas question d'acrobatie, un looping, amorcé une fois avec beaucoup de difficultés en balançant la machine à coups de gaz, s'est arrêté au sol après une dizaine de rotations impossibles à stopper : Pas de dégâts, juste un tube tordu et, comme le moteur n'avait pas calé, nous avons redécollé comme si de rien n'était, histoire de ne pas perdre la face... II y a quand même de sacrés bons moments avec ces engins.

MRA N° 541, Décembre 1984.

Mon impression d'aujourd'hui (2005)...

Commencé un début juillet, terminé à la fin du mois.... Les choses ont changées ou bien c'est moi ? En tout cas la simplicité de cette machine incassable n'annulait pas le plaisir au contraire, maintenant la sophistication apporte plutôt la crainte et la terreur... Où est le progrès ?....

C'était mon premier article dans une revue, vous excuserez le style taillé à coups de serpe...

Affichage "Tanière"

Affichage de l'Accueil si vous êtes perdu