Vol vertical : Sources de documentation

Le livre de Jean Boulet

L'histoire de l'hélicoptère racontée.par ses pionniers, 1907-1956

Editions France - Empire : 1982 et 1991, 259 pages

La page "Les pionniers de l'hélicoptère" permet d'accéder à certains chapitres de ce livre.

Le livre de Bernard Bombeau

La génèse, de Léonard de Vinci à Louis Bréguet

Editions Privat, 2006, 359 pages

Les citations de ce livre notées "Bernard Bombeau" sont dispersées au fil des pages.

Toute l'aviation

Don du ministère de l'Air, Aviation populaire, "Toute l'aviation"

Edmond Blanc, 1939 (première édition 1931) Page 293.

On trouve un texte sur l'hélicostat Œhmichen

Vers la fin de l'été 1931, M. Œhmichen, revenant à ses idées premières, réalisa un hélicoptère stabilisé par ballon fuselé de 400 mètres cubes, mais plus lourd que l'air de 250 Kg et qui fit d'heureux essais à Orly en s'élevant à 80 mètres.

Cet engin fut baptisé hélicostat.

De 1931 à 1936, les travaux d'Œhmichen portèrent sur la stabilisation par l'air: on peut assurer à un solide libre, un état d'équilibre stable en liant à ce solide (de façon complète ou partielle) un volume d'air (dont le centre est au dessus du centre de gravité G (masse liée comprise). L'effort sustentateur doit passer par G ainsi que la résistance aérodynamique du fluide d'air.

Le 2 mars 1935, à bord d'un chassis d'hélicoptère à 4 hélices avec moteur de 40 CV, surmonté d'une enveloppe sphérique de 6 m. de diamètre gonflée d'air et liée au chassis, Œhmichen accomplit quatre vols de plus d'une minute, à 5 et 20 m. de hauteur, sans le secours d'aucun organe stabilisateur à bord.

Les services techniques demandaient seulement 15 secondes à 1 mètre. Ils homologuèrent ces résultats. On installa ensuite un ballon fusiforme de 70 m. cubes seulement sur un chassis d'hélicoptère qui fit plusieurs essais (voir dans la page "appareils-oehmichen" le modèle N°7). Les corps fuselés de révolution offrent dans le sens de leur axe une trainée très faible tandis qu'elle est beaucoup plus forte dans le sens perpendiculaire. Donc en cas de panne et de chute forcée, celle-ci serait parachutale et de l'ordre de 7 à 8 mètres-seconde. Les amortisseurs rendraient sûr l'atterrissage.

Nous avons assisté aux expériences d'Œhmichen avec de petits chassis d'hélicoptères.

Le chassis flanqué de deux disques, faisait la pirouette dans l'espace, avec ballon d'air ou cylindres ouverts vers le bas l'ensemble se montrait au contraire très stable ainsi que "3", image de l'hélicostat à gaz léger de sécurité totale dont Œhmichen poursuivit les essais en 1937. (voir dans la page "appareils-oehmichen" le modèle N°7)

Autogyre = avion ----- Gyroplane = hélicoptère ---- Système Œhmichen

Commentaires

Le ballon sphérique nous fait un beau dessin, les "seaux" étaient une bonne idée, tout ceci est visible en "vrai" et en vol dans le chapitre consacrée aux modèles réduits.

Les publications de Maurice Lamé

Le vol vertical, 1926
Le vol vertical, 1926
Le vol vertical, 1934

À l'intérieur, l'ouvrage de 1926 présente deux couvertures ! A gauche celle du Capitaine Lamé, à droite celle du Commandant...

Le Lieutenant Colonel Lamé a complété son travail en 1934. Les nombreuses pages de calculs des deux éditions trahissent l'ancien élève de l'Ecole Polytechnique, ingénieur diplomé de l'Ecole Supérieure d'Aéronautique. La totalité des pages des ouvrages de 1926 et de 1934 sont téléchargeables en utilisant les liens ci-dessous.

Il est préférable d'enregistrer ces gros fichiers.

Dans Explorer, faire un clic droit sur le lien et "Enregistrer la cible sous", pour enregistrer le fichier. Dans Firefox, clic droit, "Enregistrer la cible du lien sous". Dans Chrome, clic droit, "Enregistrer le lien sous". Dans Safari, clic droit, "Télécharger le fichier lié sous". Dans Opera, clic droit, "Enregistrer le contenu lié sous".

Le vol vertical, 1926 (pdf, 101 Mo)

Le vol vertical, 1934 (pdf, 110 Mo)

Au fil des pages "hélicostat", les annotations estampillées Maurice Lamé viennent de ces livres.

D'autres publications de Maurice Lamé sont consultables ci-dessous:

Voir également la fin de la page : appareils-oehmichen

******

L'Aéronautique de décembre 1919, page 308 : L'hélicoptère et la sécurité.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6554783q/f314.image.r=l%27aéronautique.langFR

Description des pas cycliques, collectifs, et de l'autorotation. Il est question de volumes de stabilisation et de "l'Alérion" Damblanc-Lacoin (voir"Les pionniers de l'hélicoptère").

******

L'Aérophile du 1-15 octobre 1920, page 313: Le principe d'Archimède et le plus lourd que l'air.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6551878t/f53.image.r=aerophile.langFR

******

L'Aéronautique de janvier 1921, page 277 : Vers la sécurité, hélicoptères et avions-hélicoptères

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6555727d/f23.image.r=l%27aéronautique.langFR

Présentation d'un dessin d'hélicostat gonflé à l'air.

******

La Nature du 9 juillet 1921, page 22 : Nouveaux hélicoptères

http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?4KY28.101/24/100/658/0/0

Même dessin de l'hélicostat gonflé à l'air. Alérion Damblanc-Lacoin, hélicoptères Œhmichen, Petroczy-Karman, Lamé, Pescara.

******

L'Aérophile du 1-15 octobre 1921, page 300 : Opinions sur les hélicoptères

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6554814t/f306.image

******

L'Aéronautique de décembre 1935, page 349 : Maurice Lamé

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6553620j/f23.tableDesMatieres

Etude d'un groupe "moto-sustento-propulseur" fixe, déjà largement dépassé par le mécanisme opérationnel du "gyroplane" Bréguet-Dorand qui volait à 100Km/h le 21 décembre 1935.

On notera près du sol, la balance Roberval avec son poids. La machine n'était pas encore prête à décoller...

Bernard Bombeau parle de cet appareil dans son livre à la page 227:

En 1934, Maurice Lamé réalise un second appareil de sa conception (après son "hélicostat"), dénommé "groupe motosustentateur", ou "moto-sustentopropulseur". Sur ce nouveau prototype, il cherche à réduire autant que possible le poids en rapprochant au maximum tous les organes mécaniques.

L'historien de l'aviation Charles Claveau en donne une description très précise dans la revue Le Trait d'union en septembre 2004 : "Lamé est parti d'un moteur en étoile Salmson de 120 ch, dans lequel il a supprimé toute la distribution pour la remplacer par un réducteur 1/8 à deux étages d'engrenages; la grande couronne de sortie portant les cames de distribution entraîne un bras qui attaque les cliquets d'une roue libre constituée par le cône mâle d'un embrayage progressif centrifuge automatique; la voilure tournante (7,10 m de diamètre) est fixée directement sur le cône femelle de cet embrayage". Le tout pèse moins de 350 kg, dont 57 kg pour la voilure et 292,8 kg pour le moteur et ses transmissions.

Selon Claveau, l'appareil a été construit au Service des recherches et essayé à Chalais-Meudon. En octobre 1935, le groupe totalise 6 heures de fonctionnement et a effectué plus de 100 démarrages. Le poids soulevé en régime nominal du moteur serait de 700 kg.
Avant la seconde guerre, Lamé a aussi déposé un brevet pour un moteur spécialement destiné à son groupe "motosustentateur", mais le projet ne s'est pas concrétisé.

******

Dans l'Aéronautique de février 1936, page 28 :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6554772x/f10.tableDesMatieres

Maurice Lamé, revient à la charge avec son groupe de sustentation fixe et préconise page 32 de "prévoir à la fois des hélices sustentatrices et des hélices propulsives alternativements embrayables et débrayables"...

Ce texte est incroyable, car il propose en gros de revenir à la solution mécanique utilisée par Etienne Œhmichen en 1924...!

Même en ayant sous les yeux le "gyroplane", certes expérimental, mais fonctionnel, Maurice Lamé n'arrivait pas à admettre son existence car le système de contrôle cyclique de ses rotors n'appartenait pas à ses feuilles de calcul...

Pour cette raison, il ne comprenait pas le fonctionnement des hélicoptères dignes de ce nom qu'il avait pourtant correctement décrits en 1919...!!

Cette réticence qui nie l'évidence, est présente dans tous ses livres et articles, pour lui ce qui n'a pas été démontré par le calcul ne peux pas fonctionner.

On comprend mieux pourquoi, malgré tous ses travaux (ses calculs surtout !), il n'a pas inventé l'hélicoptère...

Il est vrai que la mission était rude, mais quand même...

Autres documentations Œhmichen

"La Science et la Vie"
"La Science et la Vie"

"Les As de l'Aviation" de Clément Ader à Charles Yeager

N°198 Décembre 1933
N°217 juillet 1935
Editions Atlas, 1985

L'article de "La Science et la vie" N°217 de 1935, est très explicatif de la stabilisation par l'air.

Cliquer sur les images pour ouvrir les articles.

"Le Miroir du Monde"
"Aviation 2000" et "Science et Vie" Aviation 77
1977
22 aout 1931

Affichage du Sommaire

Affichage de la page "Vol vertical"

Affichage de l'Accueil si vous êtes perdu