Fin de page - Lexique pages Voisin

La rédaction de Postillon poursuit son enquête historique, pour dénoncer à travers les âges, le coté obscur de l'âme humaine. Par cet article de " Fulmicoton " dans lequel les mots "mâle, femelle, reproduction et matrice" apparaissaient sans ambiguïté, le caractère honteux des activités de l'usine du "SOUPIR" en 1907, ne semblait faire aucun doute.

Postillon : La guérison des flatulences

Tiré de " Fulmicoton " N°46 du 11 novembre 1907

Par Anatole Dassier

Sensationnel ! !

Une nouvelle découverte de nos enquêteurs sur l'activité illicite de l'usine secrète du "SOUPIR".

D'après notre correspondant le Colonel Alphonse D'Enlbrouillard, sur les révélations de l'inspecteur Bric, les escrocs du "SOUPIR" prétendent avoir pénétré le secret de la reproduction des pièces en tôle, l'avenir de nos enfants et de notre nation serait-il compromis par ces scandaleuses révélations ? Nous laissons nos lecteurs seuls juges de ces répugnantes activités.

Les documents suivants passés à la déchiqueteuse et retrouvés brûlés dans l'incinérateur de l'usine, ont été laborieusement restaurés par Mademoiselle Elvire D'Uncoussecq dont nous saluons une fois encore la profonde abnégation à la cause de la justice.

Document "SOUPIR"

Avertissement : Ces documents secrets sur les méthodes secrètes d'emboutissage au sein de notre usine secrète ne doivent en aucun cas être divulgués, toute personne contrevenant à cette règle du secret sera immédiatement mise au secret.

L'emboutissage des tôles, le secret du matriçage

Le secret du matriçage, c'est la matrice elle-même, normalement constituée de deux pièces mâle et femelle parfaitement symétriques, c'est un moule en creux et en relief.

Le matriçage ou emboutissage, permet de façonner rapidement en trois dimensions, des séries de pièces en tôle souvent impossibles à confectionner d'une autre manière. La tôle utilisée sera soit du laiton recuit à la lampe à souder, soit du fer blanc de 2/10 (boite à gâteaux), soit l'aluminium mince s'il n'y a pas de soudures à effectuer.

Le secret de la confection des matrices

Dans notre usine nous utilisons le Duralumin pour fabriquer nos matrices, mais si des matières plastique genre Delrin existaient, ce qui n'est pas encore le cas, elles seraient peut être convenables dans certains cas et plus faciles à usiner.

En fonction de la forme des pièces, de nombreuses éventualités peuvent se présenter, nous allons voir comme exemples trois sortes de formes :

- Une demi-sphère.

- Un socle creux.

- Une pipe d'admission.

Demi-sphère

Pour faire cette pièce, les matrices seront tournées. Commencer par faire un gabarit en tôle qui servira de référence pour usiner le mâle à la cote. L'usinage débute avec des outils ordinaires et se termine à la lime et à la toile émeri.

En ce qui concerne la femelle, un gabarit est utile aussi, mais il faut confectionner également un outil de forme en quart de cercle. Comme le matériau n'est pas très dur on peut utiliser une tôle d'inox de deux millimètres mise en forme à la meule avec un angle de dépouille de un ou deux degrés, l'angle d'attaque restant à zéro. Cette forme n'est utilisée que pour finir l'usinage, 90% de celui-ci est réalisé avec un outil classique et c'est assez facile en manipulant bien les manivelles du tour. Nous profiterons de l'occasion pour rappeler que l'alcool est interdit dans le cadre de l'usine, sauf le champagne utilisé seulement par les cadres pour galvaniser leur complexe de supériorité dans le cadre de leur encadrement.

Socle

La partie mâle de la matrice du socle sera taillée à la lime (Quand la lime électrique de B et D sera inventée, elle conviendra parfaitement bien), quant à l'usinage de la partie creuse il va être confié à une fraise cylindrique. Une perceuse à colonne peut servir de fraiseuse en orientant la pièce à la main. Il est certain que dans ce cas une vraie fraiseuse faciliterait le travail. Deux guides en corde à piano de 2mm sont installés sur les pièces pour assurer leur positionnement au moment de l'emboutissage, n'oubliez pas le guide.

Pipe d'admission

L'emboutissage des pipes est plus difficile à résoudre, car il faut tailler quatre pièces à la main et le problème est diablement corsé du fait de la symétrie des pièces, ce qui nécessite l'usinage de deux matrices mâles et de deux matrices femelles parfaitement identiques, mais vues dans un miroir. Dans le cas de ce travail difficile, mais à titre exceptionnel, les techniciens du "SOUPIR" seront exemptés de punition, si les autorités compétentes vérifient après examen une convergence de seulement 90% entre pièces semblables, on n'est pas des sauvages tout de même.

Choisir le plan de symétrie de la pièce, et tracer la projection de ce plan sur un bloc de Duralumin puis tailler à la lime une pièce mâle en deux dimensions puis en trois dimensions. Après avoir fait agréer son travail, on aura gagné le droit de façonner une pièce symétrique avec la même rigueur.

Pour les pièces femelles (beaucoup plus intéressantes ...), tracer la projection du plan de symétrie et creuser avec une fraise boule de 6mm ou une fraise cylindrique. Les matrices mâles serviront de référence pour apprécier l'état d'avancement des travaux. Il faut laisser un espace entre les matrices pour tenir compte de l'épaisseur de la tôle, le mâle doit "flotter" dans la cavité femelle… (Ah! bon…).

Pour donner au personnel le courage de creuser, celui-ci doit penser que son excès de souffrance sera un exemple de courage pour les générations futures et que si par hasard il était mécontent de son sort, il pourrait toujours prendre un rendez-vous avec Monsieur Otto Shlag, notre bien-aimé Directeur de fabrication, qui le recevrait à coup sûr avec le sourire.

Le secret de l'emboutissage des pièces

En utilisant un étau, seulement quelques secondes sont nécessaires pour emboutir une pièce, après cela on pourra découper l'excès de métal à l'aide d'une cisaille puis terminer à la lime électrique quand elle existera. Le plan de joint sera tracé facilement en laissant la pièce dans la matrice femelle.

Pour les pièces qui doivent se raccorder, en prenant soin de leur parfait ajustement, on soudera une petite plaque à l'intérieur en employant la soudure à l'étain, tout écart sera sévèrement puni.

NDLR: On ne plaisante toujours pas dans l'usine du "SOUPIR"

¤¤¤¤¤¤¤

Page suivante : N°4/9

Histoire d'un moteur
Usinage écrous
Faux filets, fausses plaques
Galvanoplastie
 
Les frères Voisin
Construire un avion
Roues à rayons
Fabrication des oeillets

Le Voisin au Musée de l'Air

Vol de la maquette

Haut de page

Affichage du Sommaire

Affichage de l'Accueil si vous ętes perdu