Fin de page - Lexique pages Voisin

Ce mois-ci, Postillon se déchaîne. Dans ses pérégrinations journalistiques il a rencontré un autre oiseau rare pour tenir compagnie à "Fulmicoton", un autre canard boiteux qui sévissait avec lui à la même époque dans les montagnes enneigées du Centre Gaule, un compagnon de misère colporté de ferme en ferme pour tenter d'arracher un sourire (et un sou…) à la solitude des autochtones. Ce palmipède Auvergnat se nommait "l'Ecornifleur"

Une seule feuille (cornée…), recto-verso, un seul article par numéro, le minimum du babillard, la portion congrue de la typographie.

On se souviendra que normalement, l'écornifleur c'est un parasite, un pique-assiette, un aigrefin, un filou, un combinard… infréquentable !

N'empêche, qu'avec si peu de moyens, le bougre savait causer de technologie pour instruire les populations laborieuses, il savait éclairer leurs lanternes avec toutes sortes de sujets fort utiles dans la vie quotidienne.

Ainsi, la fabrication des roues de brouette (soi-disant inventée, ce qui est faux, par Blaise Pascal, illustre Clermontois), qui était à cette époque une préoccupation constante en relation avec son usage universel, (elle aidait surtout à transporter le fumier, mais aussi parfois à véhiculer la mariée au dessus de la cour boueuse le jour de ses noces… pour accéder enfin au septième ciel…) était un de ces sujet.

Comme la feuille de choux (autre spécialité Auvergnate…) préconisait la fabrication de roues à rayons équipées de pneumatiques (encore une spécialité Auvergnate…), Postillon a pensé que cette idée pourrait s'appliquer parfaitement aux constructions aéronautiques qui nous obsèdent.

Direction l'atelier de "l'Ecornifleur", jantes, rayons, moyeux pour les avions. Veaux, vaches, cochons, couvées, si vous fabriquez des canards… heu… des brouettes…

Postillon : Eloigne les mauvais esprits

Tiré de " L'Ecornifleur " N°88 du 12 janvier 1908

Nunc est bibendum *

* C'est maintenant qu'il faut boire. (Vieux proverbe Auvergnat)

Par Oscar Detours

Vous avez sûrement remarqué, chers amis, la rudesse, l'inconfort, le bruit, que les roues charonnées de vos brouettes traînent devant elles. Inacceptable, inadmissible, intolérable. Cela doit cesser et cette cessation ne dépend que de vous. Si vous faites un effort, si vous acceptez de distiller quelques heures de votre précieux temps, vous aurez la joie, le bonheur ineffable, la jouissance extrême, de rouler "doux", confortable, léger, sans bruit, presque sans efforts. En épargnant votre fatigue, vous épargnerez votre santé, vous prolongerez votre vie et vous comblerez plus facilement les exigences légitimes de votre épouse.

Votre roue de brouette, maintenant équipée de rayons et de pneumatiques moulés, c'est la roue de votre avenir, c'est la roue des lendemains qui chantent.

Voyons ensemble sa confection en n'oubliant pas de cliquer sur les images.

Quand aux ballots du village d'à coté qui ne comprennent rien à rien ils peuvent cliquer ici mais quelle misère.

Rayon d'or

Le fagot de rayons qui convient à votre roue sera fait de fils de fer bien droits que le forgeron du village troquera facilement contre un canard bien dodu.

Dans la foulée le brave homme se chargera de faire un crochet à l'extrémité de chaque pièce à défaut d'avoir le courage de forger la petite boule qui serait pourtant bien utile et très esthétique. On ne peut pas demander la lune contre un canard, fusse t-il dodu…

Cependant, pour les Parisiens exigeants qui seraient de passage dans le canton, nous fournissons les schémas capables de leur inspirer l'audace de la petite boule à l'extrémité d'une corde à piano. Nous espérons qu'ils seront assez malins pour couper à la pince au bon endroit l'extrémité cassante de la zone rouge.

Et que les autres ballots touverons le moyen de cliquer sur les images...

Vis de forme

Trop complexe, la vis destinée à tendre le rayon sera remplacée par un champignon. De bolet, point, de mousseron, non plus, de chanterelle encore moins, ce champignon sera de laiton, percé en son centre, destiné à être soudé à l'étain sur le rayon.

Le reste des rivets qui avaient servi à construire votre alambic sera parfait pour cette tâche. Attention de percer votre trou avec de l'huile si sa dimension est faible pour ne pas casser la mèche.

C'est cher les mèches.

Jante dame

Des personnes de votre classe ne sauraient se contenter de la ridicule trivialité de jantes en bois, nous ne sommes plus au Moyen Age que Diable !

Pour vos jantes vous méritez le métal. Je vais vous faire une proposition :

Vous faites le métal et la prochaine fois que je passe par chez vous, vingt Dieu, si vous avez fait le métal, j'accepte de prendre la goutte avec vous, c'est pas honnête ça ?

Donc, vous faites le métal

Prenez donc celui des bonnes vieilles boites à gâteaux de votre grand-mère, c'est du solide, ça ne cassera pas dans les virages de la côte du père Putout, même à la descente.

Pour rouler la jante, pas de problème, il faut juste fabriquer de la bonne machine à rouler, et là, les dessins devraient vous suffire, vous n'êtes pas bête quand même !

En payant un coup au père Gaspard pour qu'il vous prête son tour se sera un jeu d'enfant.

Avec cette belle machine, vous faites la jante comme c'est expliqué, vous soudez à l'étain une petite plaque à la jonction en chauffant le fer dans le feu de la cuisinière et hop !

Tant que vous serez chez le père Gaspard, dans la foulée, faites donc une pièce de la dimension extérieure de la jante, ça servira toujours de guide pour monter votre roue, regardez voir le dessin pour la faire comme y faut.

Joyeux moyeu

Au fait, chez le père Gaspard, vous faites aussi deux rondelles bien rondes et puis trouvez donc un tube creux pour les braser dessus. Il pourra bien vous faire ça le père Gaspard, si vous lui payez encore un coup, c'est pas difficile la brasure à l'argent (même en Auvergne) et ça tient le coup!

Si vous avez pas envie de braser, essayez donc de faire tourner votre moyeu dans une vieille barre en duralumin trouvée derrière la mangeoire des cochons, ça sentira pas bon mais ça marchera aussi bien.

Chambre d'air

Bon, c'est pas tout ça, vous avez réussi à monter votre roue, ça tourne rond au moins? Vous z'avez vu que les rayons passent dessus-dessous? Vous z'avez t-y fait la soudure comme y faut? Avec le liquide adéquat?

Moi, si j'étais vous, j'irais montrer tout ça au père Gaspard et puis aussi au père Putout, ça m'étonnerais pas qu'ils vous payent le canon pour voir ça, d'autant qu'en plus, ça risque de les intéresser eux aussi d'avoir une roue de l'avenir sur leur brouette.

Si ça se trouve, il en voudront chacun une, vous allez faire fortune vous !

Bon, après la roue, c'est pas fini, y a le boudin, le pneu quoi. Là c'est pas de la tarte. De deux choses l'une : On le trouve tout fait ou on le trouve pas.

Si on le trouve, je sais pas comment faire, car moi je l'ai jamais trouvé. Si on le trouve pas, là je sais faire, mais attention c'est pas bien commode, il vaudrait mieux le trouver bien que je sache pas comment faire quand on le trouve.

Pour faire le boudin qu'on n'a pas trouvé, y a pas trente six solutions, faut faire un moule.

Pour faire un moule, y a pas trente six solutions, faut encore payer un coup au père Gaspard pour se servir de son tour, bien regarder les dessins et faire pareil.

Quand le moule et fait, y a pas trente six solutions, y en a deux : Le boudin sera creux ou bien il sera plein.

Plein, c'est plus facile, creux c'est plus léger et surtout plus souple.

Le produit à mettre dans le moule c'est "l'élastoflex", avant ça se trouvait en Auvergne, le pays du caoutchouc, maintenant y paraît qu'on n'en trouve plus, tout fout le camp…

Bien franchement, vaut mieux trouver le boudin tout fait, ça coûte moins cher, c'est beaucoup moins sale, c'est plus vite fait et on devient pas chauve prématurément.

Par contre, si on fait le moule, on meurt moins bête, on fait les inscriptions qu'on veut, les rainures comme il faut, les dimensions au poil et on mériterait même le respect des ses concitoyens… dommage qu'ils s'en foutent complètement.

Faites gaffe quand même avec votre nouvelle roue de brouette de haute technologie, vous allez forcement faire des envieux qui ne vous pardonneront pas leur propre jalousie.

¤¤¤¤¤¤¤

Page suivante : N°9/9

Histoire d'un moteur
Usinage écrous
Emboutissage tôle
Faux filets, fausses plaques
 
Galvanoplastie
Les frères Voisin
Construire un avion
Fabrication des oeillets

Le Voisin au Musée de l'Air

Vol de la maquette

Haut de page

Affichage du Sommaire

Affichage de l'Accueil si vous êtes perdu